headlogo

Un CV beaucoup plus long

IA et IT

Ay, por el camino del sitio mío un carretero alegre pasó
En su tonada que es muy guajira y muy sentida alegre cantó
Ay, por el camino del sitio mío un carretero alegre pasó
En su tonada que es muy sentida y muy guajira alegre cantó.

Me voy al transbordador a descargar la carreta
Me voy al transbordador a descargar la carreta
Para llegar a la meta de mi penosa labor.

A caballo vamos pa´l monte, a caballo vamos pa´l monte
A caballo vamos pa´l monte, a caballo vamos pa´l monte.

Yo trabajo sin reposo para poderme casar
Yo trabajo sin reposo para poderme casar
Y si lo puedo lograr seré un guajiro dichoso.
A caballo vamos pa´l monte, a caballo vamos pa´l monte
A caballo vamos pa´l monte, a caballo vamos pa´l monte.

Soy guajiro y carretero, en el campo vivo bien
Soy guajiro y carretero, en el campo vivo bien
Porque el campo es el edén más lindo del mundo entero.

A caballo vamos pa´l monte, a caballo vamos pa´l monte
A caballo vamos pa´l monte, a caballo vamos pa´l monte.

Chapea el monte, cultiva el llano, recoge el fruto de tu sudor
Chapea el monte, cultiva el llano, recoge el fruto de tu sudor.

El Carretero
Chanson traditionnelle cubaine

Eux-mêmes les savants, ces scrutateurs des causes,
Sans cesse poursuivant la vérité qui fuit,
N'ont pu faire un seul pas hors de l'ombre des choses,
Et, nous contant leur fable, ils rentrent dans la nuit.
Omar Khayyam

Ne lisez cette page que si vous êtes vraiment intéressé par ma carrière. Il y a beaucoup de "je", et vous risquez de vous lasser rapidement ...

1962-1980: les voyages forment la jeunesse

Il n'est point aisé de n'être de nulle part, quand aucune condition extérieure ne vous y contraint.
Cioran, La tentation d'exister

Je suis né en 1962, à Toulouse. Mes parents étaient professeurs de lettres classiques, mes quatre grand-parents étaient instituteurs.

Au delà, on trouve des ouvriers, des petits artisans ou des paysans. Du côté de ma mère, nous sommes originaires du Comminges. Mon grand-père fut un des responsables de la résistance dans le Comminges (il était directeur de l'école communale à Montsaunès), on en trouve des allusions dans le livre de Roland Dorgelès, Carte d'identité. Très marqué par le massacre de Marsoulas, il refusa de participer à l'épuration après la libération.

Du côté de mon père, nous sommes originaires du Béarn. Mon oncle Jean Sérisé déclarait dans un entretien au Point à propos de sa grand-mère, (qui est aussi mon arrière grand-mère): "Ma grand-mère ne savait pas lire et ne parlait que l'occitan. Je me suis aperçu que mes ancêtres béarnais vivaient depuis je ne sais combien de siècles sur 4 hectares. Pour s'élever socialement, il n'y avait guère le choix. Ou on était mousquetaire, mais avec l'invention de la poudre c'est un métier qui s'est un peu perdu. Ou bien il fallait devenir fonctionnaire !".

J'ai quitté la France à l'âge de six ans. J'ai passé toute mon enfance et mon adolescence à l'étranger où j'ai autant fréquenté les lycées français que les british council. C'est probablement pour cette raison que je ne me suis jamais senti attaché à quelque pays ou quelque région que ce soit.

IA et IT

J'ai passé mon baccalauréat au lycée Descartes à Rabat. Issu d'un milieu totalement littéraire, je suis venu un peu par hasard en France faire des classes préparatoires scientifiques.

1980-1983: Les classes préparatoires

La gloire de Dieu, c'est l'homme vivant.
Saint-Irénée
Homo sum ; humani nihil a me alienum puto (Je suis un homme et rien de ce qui est humain, je crois, ne m'est étranger)
Térence

J'ai atterri à Versailles, à l'école Sainte-Geneviève, sur les conseils d'un CPE qui "connaissait".

IA et IT

J'y ai passé trois années dont je garde un souvenir mitigé: je n'ai jamais totalement adhéré au système français des grandes écoles, et au mode de préparation associé. En revanche, l'ambiance de camaraderie et d'humanisme qui régnait à "Ginette" restera comme un excellent souvenir, ainsi que le plaisir d'y avoir croisé quelques esprits particulièrement brillants comme Denys Acker ou Dominique Peccoud. L'association des anciens élèves est la seule dont je continue à payer la cotisation, je lis toujours "Servir", la revue de l'Ecole, et j'adhère toujours au message de partage, de soutien, et d'égalité qu'elle porte.

IA et IT

Je rate l'X en 1982 au grand oral, étant resté totalement réfractaire à certaines disciplines comme la chimie, le dessin industriel ou surtout la géométrie descriptive. Et le français et l'anglais ne permettent pas toujours de rattraper les désastres...

1983-1986: l'X

Les polytechniciens savent tout, mais rien d'autre.
Georges Clemenceau

J'ai finalement intégré l'école polytechnique en 1983. J'ai passé une année de service militaire partagée entre Bourges et Fontainebleau...

IA et IT

Je garde, là-aussi, un souvenir mitigé des deux années que j'ai passées à l'X.

IA et IT

Pour plus d'information sur ce sujet, voir mes deux pages consacrées au système d'enseignement supérieur en général et à l'X en particulier.

J'ai suivi la majeure informatique et la majeure mécanique quantique, avant de faire mon stage de fin d'études chez Jean-François Colonna, au lactamme, sur la représentation des ensembles fractaux, une théorie toute nouvelle à l'époque (techniquement, il s'agissait de représenter la percolation de liquide dans des solides poreux). Jean-François avait reçu un calculateur Bull SPS-9 (en fait un calculateur Ridge de technologie RISC). Il travaillait encore à l'époque sur un SOLAR 16, et le SPS9 était sous-utilisé. J'avais déjà programmé sur Apple II en assembleur les modules de calcul des ensembles de Mandelbrot, et j'ai refait ces programmes sur l'architecture RISC 32 bits du SPS9 pour Jean-François. C'est d'ailleurs un hobby que je continue à pratiquer (voir ma page sur les ensembles de Mandelbrot).

IA et IT
(Banksy)

C'est là que j'ai compris que ce qui m'intéressait véritablement n'était pas de devenir un "officier de la guerre économique" ou un grand chef de service, ni de faire de la recherche théorique, mais bien de faire de la recherche appliquée. Ce qui me passionnait, c'était d'essayer, à partir d'un problème réel, de construire une modélisation mathématique cadrant avec la réalité, puis de tenter de résoudre le problème posé en trouvant les outils les mieux adaptés dans le cadre de la modélisation choisie.

A la sortie de l'X, au moment de choisir mon école d'application et mon futur corps, j'étais donc seulement certain de vouloir continer à faire de la recherche appliquée en informatique. Le hasard a alors fait bizarrement les choses. J'étais, depuis les classes préparatoires, ami avec la fille du "chef historique" du Centre d'Etudes de la Navigation Aérienne (CENA).
Le CENA avait développé et mis en place le CAUTRA (Coordonnateur Automatisé du Trafic Aérien), de 1960 à 1985. Il s'agissait du meilleur système de contrôle de trafic aérien au monde à l'époque; pour des raisons complexes, le développement de ce système était passé à un autre service et le CENA souhaitait développer une activité de recherche, aux côté de l'Ecole Nationale de l'Aviation Civile, pour préparer l'avenir. Il s'agissait de partir de rien, car, contrairement à la totalité des autres grands corps de l'état, la Direction Générale de l'Aviation Civile était au point zéro en matière de recherche, n'ayant ni chercheur titulaire d'HDR, ni laboratoire, ni centre de recherche appliqué. C'est ainsi que j'ai été "recruté" par la DGAC...

1986-1988: école d'application, droit et informatique

De 1986 à 1988, j'ai été élève à l'ENAC, qui était encore à l'époque école d'application de l'X. En 1986-1987, j'ai parallèlement suivi des cours de droit à l'université de Toulouse, puis suivi en 1987-1988 le DEA informatique de l'Université Paul Sabatier. J'ai aussi beaucoup joué au tennis, et fait pas mal de montagne...

IA et IT

1988-1992: doctorat et systèmes experts appliqués au contrôle du trafic aérien

A year spent in artificial intelligence is enough to make one believe in God.
Alan Perlis
Machines will be capable, within twenty years, of doing any work that a man can do.
Herbert Simon, 1965.

En 1988, j'ai du choisir un sujet de doctorat qui puisse s'adapter à ce qui devait être mon futur travail au sein du CENA. A l'époque le CENA se lançait dans un grand projet "plein d'avenir", nommé ERATO. Il s'agissait d'un système expert programmé en PROLOG, utilisant la logique "par défaut", et supposé modéliser le raisonnement humain en matière de résolution de conflits aériens.
Il faut bien se rappeler que les années 80 furent les grandes années de l'Intelligence Artificielle, et les systèmes experts étaient alors à la mode. J'ai donc fait une thèse sur la résolution automatique en logique non classique (une extension des systèmes de résolution de type PROLOG, mais applicable à d'autres logiques, comme les logiques aléthiques, ou les logiques floues, probabilistes ou par défaut).

De 1988 à 1992, j'ai donc travaillé au sein de l'équipe "Formalisation du raisonnement" à l'IRIT sous la direction de Luis farinas Del Cerro. Dans le même temps, je travaillais au sein du Centre d'Etudes de la Navigation Aérienne sur ERATO (En Route Air Traffic Organizer), afin de tenter de donner une base "scientifique" à un projet qui tenait avant tout de l'empirique...

Les quatre années passées au sein de l'équipe de Luis Farinas, furent une découverte. J'avais eu un aperçu avec Jean-François Colonna de ce qu'est la recherche, mais on ne peut comprendre en quelques mois la complexité de ce milieu. Pour quelqu'un élevé au biberon des classes préparatoires et des écoles d'ingénieurs bien franco-françaises, le monde de la recherche est radicalement différent, et peu compréhensible. Au lieu d'avoir à chercher des solutions à des problèmes bien formés que l'on "bachotte" à longueur de journée, il faut apprendre à définir les problèmes, et savoir accepter qu'ils peuvent ne pas avoir de solution, ou que la solution peut être bien plus complexe que ce que l'on pensait. La pratique de la science tient au moins autant de l'appréhension du problème lui-même, de l'étude du travail déjà fait dans des domaines connexes, de la capacité à trouver des analogies, que de la résolution à proprement parler.

Ce changement de perspective n'est pas toujours facilement accepté. J'ai souvent rencontré au cours de ma carrière de brillants polytechniciens ou parfois normaliens totalement imperméables, et même réfractaires à ce mode de travail.

Il ne faudrait pas croire pour autant que tout est rose dans le monde merveilleux de la recherche. Là comme ailleurs, il y a des chercheurs malhonnêtes et des gens plus ambitieux que compétents. Mais j'ai eu la chance pendant mes années de thèse de travailler au sein de mon équipe avec des gens et un directeur de thèse profondément honnêtes, à une époque où certains tentaient de surfer à toute force sur la mode des Systèmes Experts. Je ne leur serai jamais assez reconnaissant de m'avoir inculqué le peu d'éthique réellement indispensable en matière scientifique: l'honnêteté face aux résultats, même s'ils ne sont pas nécessairement aussi ronflants que ceux que l'on attendait.

Ces années furent d'autant plus agréables que tout ce qui touchait à la logique m'intéressait: il s'agissait en effet d'un sujet connexe à la philosophie, un domaine que j'avais appris à connaitre et à apprécier jeune en raison de mon environnement familial. Les problèmes liés à la logique sont peu connus et peu étudiés en France, une grande partie de l'école logique française ayant disparu durant la seconde guerre mondiale, avec la mort de Jean Cavaillès et de Jean Gosset, qui étaient les héritiers de Jacques Herbrand. J'ai pu aussi profiter de mes années de thèse pour me replonger dans la philosophie des sciences.

J'ai soutenu mon doctorat en juillet 92, juste après avoir fait une communication lors de ce qui devait être l'apothéose du projet d'IA "5ème génération" japonais: la conférence FGCS92.

IA et IT

La conférence se passa dans une atmosphère tendue: un des scientifiques américains présents (Ross Overbeek) avait en effet déclaré assez ingénument que les résultats du projet "5ème génération" était loin des objectifs fixés par les japonais. Ses déclarations avaient été amplifiées et déformées par les journaux, provoquant quasiment un incident diplomatique.
Cette conférence fut pour moi une confirmation: comme je l'avais soupçonné tout au long de ma thèse, il y avait un monde entre le travail au demeurant sérieux des équipes de recherche scientifique sur les sujets liés à l'IA et les déclarations fanfaronnantes sur les machines intelligentes et l'avenir triomphant des systèmes experts.

A l'issue de mes quatre années de thèse, j'avais déjà pas mal enseigné, et pas mal écrit. Un de mes amis proches, Thomas Schiex qui venait lui aussi de finir un doctorat en intelligence artificielle avait rencontré un éditeur scientifique qui recherchait des ouvrages à publier sur des sujets nouveaux. A partir de mes cours, nous nous sommes donc lancés dans la rédaction d'un ouvrage qui tentait de montrer que d'une part l'informatique était devenu une science à part entière, mais qui était aussi relativement critique d'une certaine forme de malhonnêteté dans le monde de l'IA.

IA et IT IA et IT

La polémique sur l'IA durait depuis le milieu des années 70; quand le livre fut publié (1993), elle vivait ses derniers jours, et notre ouvrage, qui aurait pu être taxé de provocateur, est finalement devenu aujourd'hui du "common sense". Il a connu plusieurs éditions, a été vendu à plusieurs milliers d'exemplaires et est toujours disponible à la vente.

1993-1996: changement de service

Au sein de l'aviation civile, je quittai en 1993 le projet ERATO et le CENA; mon expérience sur les systèmes experts et l'informatique en général m'avaient amené à me poser de nombreuses questions sur la viabilité du projet. Le hiatus que j'avais appréhendé pendant mes années de thèse entre la réalité de l'IA et ses prétentions restait incompréhensible pour les responsables du projet.

J'ai donc rejoint l'ENAC. L'école était en pleine réforme, pour intégrer les nouvelles directives de la CTI en matière de recherche. Une direction des études avait été créé, avec un nouveau directeur des études en la personne d'Arnaud Dedryvère. Je fus son adjoint, chargé plus spécifiquement de la recherche et des relations inter-universitaires. Ce fut probablement la période la plus intéressante de ma carrière sur le plan professionnel. Sous la direction d'Arnaud, nous avons mis en place ce qui aurait du être les fondements d'une activité de recherche organisée au sein de l'école, et réformé profondément les cursus.

Ce fut également à cette époque que nous commençames à mettre en place les premiers laboratoires communs à l'ENAC et au CENA, et la collaboration avec Dominique Colin de Verdière, qui venait d'être nommé chef du CENA à Toulouse, rendit les choses d'autant plus facile. On peut voir sur la photo ci-dessous comment se réglaient à l'époque les relations entre les deux services (Arnaud Dedryvère est à gauche et Dominique Colin de Verdière à droite). Les temps ont bien changé...

IA et IT

1996-2005: le laboratoire d'optimisation globale

I seek not to know the answers, but to understand the questions.
From "Favorite Kung-Fu quotes"...

A partir de 1993, j'ai réorienté mes activités de recherche vers l'optimisation stochastique et plus particulièrement les algorithmes évolutionnaires. Nous avons créé avec Evelyne Lutton et Marc Schoenauer les premières conférences francophones sur les algorithmes évolutionnaires, et commencé à populariser en France ce type de méthodes. Nous avons même organisé a l'ENAC la première conférence francophone sur les techniques évolutionnaires, conférence qui deviendra par la suite une conférence européenne.

IA et IT IA et IT

J'ai alors eu la troisième grande rencontre de ma carrière de jeune chercheur, celle de Joseph Noailles, professeur émérite à l'Institut National Polytechnique de Toulouse. La voie que j'avais choisie, celle des algorithmes stochastiques, était une voie nouvelle, très minoritaire, et assez mal considérée à l'époque dans le monde de l'optimisation; la majeure partie des leaders du domaine venait de l'optimisation "traditionnelle", et ne voyait pas tous d'un très bon oeil l'arrivée des techniques stochastiques. J'ai eu avec Joseph Noailles l'immense chance de trouver quelqu'un à l'esprit ouvert, éloigné des différentes chapelles, et avant tout curieux de toutes les méthodes et les techniques nouvelles. Grâce à son aide, je pus soutenir mon habilitation à diriger les recherches en 1996, avec deux rapporteurs prestigieux Amédéo Odoni (MIT) et David Goldberg (Illigal).

IA et IT

Nous avons créé en 1997 le Laboratoire d'Optimisation Globale (LOG) dont je fus le directeur jusqu'en 2005 (sa disparition).

Comme son nom l'indiquait, le laboratoire se consacrait à l'application des techniques d'optimisation globale à divers problèmes; son premier champ d'application était le trafic aérien, mais il traita également des problèmes de turbo-codages pour les transmissions satellitaires, les mises à poste fixe de satellite, ou la l'optimisation de la rotation des satellites pour en limiter l'échauffement. Le LOG était un laboratoire commun à l'ENAC et au CENA. Il compta jusqu'à une petite dizaine de membres permanents. Environ 150 publications furent faites, une trentaine de DEA soutenues, ainsi qu'une quinzaine de thèse, et deux HDR.

Mon travail de recherche portait sur les applications des techniques d'optimisation globales (algorithmes de type génetiques, recuit simulé, branch and bound, etc) aux problèmes du trafic aérien. Au rang des choses que j'ai utilisé, on trouve aussi les réseaux de neurones (sous beaucoup de formes), la programmation par intervalle, etc.

C'est dans ces années là que j'ai été également un des co-responsables de l'ancien DEA SLCP avec Patrick Sallé (ENSEEIHT) et Bernard Lecussan (Sup Aéro).

Au rang des modestes succès de notre laboratoire, il y a le simulateur arithmétique de trafic (temps accéléré) CATS/OPAS qui a été présenté à de nombreuses conférences et est maintenant utilisé à la FAA ou à EUROCONTROL.
Ces travaux ont également donné le jour a un système d'aide a la résolution de conflits entre avion qui a été à la base du projet européeen ERASMUS, et est maintenant le coeur du projet 4.7.2 du programme SESAR.

IA et IT

2005-2008: gestion de la recherche

Le chercheur est comme un poulet: quoi que l'on fasse, il finit toujours par picorer là où il veut.
Un ancien directeur de l'ONERA

Entre 2005 et 2007, le CENA fut victime de la réorganisation de la DSNA et disparut, fusionné qu'il fut avec le Service Technique de la Navigation Aérienne. De son côté, l'ENAC souhaita se rapprocher de l'EDAA (Ecole Doctorale Aéronautique et Astronautique) alors que la plupart des membres du LOG était rattaché à l'école doctorale informatique (EDIT). L'EDIT ne souhaitait pas voir (au moins au début) ses membres appartenir à deux écoles doctorales simultanément, même si l'EDAA était une école doctorale thématique (au demeurant, l'existence de ce type d'école doctorale me semble toujours aussi saugrenue pour tout un ensemble de raisons que je ne développerai pas ici).

Le LOG fut alors dissous, les membres de l'ancien CENA rejoignant le nouveau département R&D de la DSNA, au sein du pôle Planification Optimisation et Modélisation (POM), et restant rattaché à l'EDIT (qui deviendra l'EDMITT). Les membres de l'ENAC devinrent membres du LOTA, et se rattachèrent à l'EDAA. La page internet du LOG est aujourd'hui disparue. La majeure partie des publications est toujours disponible sur le serveur du pôle POM (qui ne devrait pas tarder à disparaitre à son tout).

Avec la fin du LOG, j'ai quitté pendant quelques années la recherche "active", même si j'ai continué à publier un article occasionnellement (j'étais toujours membre "non publiant" de l'équipe APO, IRIT-UMR 5505). Je me suis consacré au département R&D de la DSNA, et à la gestion des équipes et des projets de recherche, comme coordonnateur scientifique, puis comme adjoint au chef de département et enfin comme chef de département. Si le sujet vous intéresse plus en détail, jetez un coup d'oeil à ma page sur la gestion de la recherche.

2009-2011: la fin de la recherche appliquée dans la DSNA

When axe came into the forest for the first time, the old trees said: "Don't worry, the handle is one of us..."
Private joke
You can be certain that a person has the means but not the will to help you when he says "there is nothing else I can do." And you can be certain that a person has neither means nor will to help you when he says "I am here to help."
More generally, the fool here is someone who does the wrong reduction for the sake of reduction, or removes something essential, cutting off the legs, or, better, part of the head of a visitor while insisting that he preserved his persona with 95 percent accuracy.
The Bed of Procrustes (Nassim Nicholas Taleb)
Tout exercice de la force s'accompagne d'un discours visant à légitimer la force de celui qui l'exerce ; on peut même dire que le propre de tout rapport de force, c'est de n'avoir toute sa force que dans la mesure où il se dissimule comme tel.
Questions de sociologie (Pierre Bourdieu)
Rejetez toute critique, parlez plus fort que quiconque vous parle, quoi que vous ayez dit, tenez-vous y. Alors on saluera votre constance et votre caractère bien affirmé, et à vous voir inébranlable, on croiera que vos positions sont solides. Le monde n'écoute que les brutes et les sourds.
(Didier Nordon)

IA et IT

Au moment de la réorganisation du CENA et du STNA, les effectifs des deux services étaient d'environ 130 personnes pour le CENA (répartis sur les sites d'Athis-Mons et du campus scientifique de Rangueil) et de 500 personnes pour le STNA. Pour différentes raisons qu'il n'est pas loisible d'expliquer ici, le site d'Athis Mons périclita rapidement et fut largement réduit. En 2010, le département R&D n'y avait plus aucun agent et il comptait globalement moins de 50 personnes.
En novembre 2010, la décision fut prise d'envoyer dans les laboratoires de l'ENAC une partie des gens du département R&D faisant de la recherche au sens universitaire du terme (personnels titulaires de doctorats ou d'HDR), de fermer le département R&D et de regrouper sur le site historique du STNA l'ensemble des activités restantes sous le nom de département "Etudes Européennes et Innovation", fermant ainsi à son tour le second site historique du CENA à Rangueil.

IA et IT

Cette décision sonnait le glas des activités de recherche appliquée et des cinquante ans d'héritage du CENA, victime de plusieurs phénomènes concomitants: les choix faits en matière de réduction des effectifs (conséquence de la RGPP), la mise en place du programme SESAR, qui réduisit globalement le niveau de la R&D dans l'ATM en Europe, le vieux conflit qui opposait depuis les années 60 le STNA et le CENA, et le peu d'intérêt historique de la DSNA pour la recherche.
L'histoire du CENA est détaillée dans la page wikipedia qui lui est consacrée, ainsi que sur le site des amis du CENA, une petite association d'anciens qui a permis la mise en ligne de l'ensemble des notes techniques de ce qui fut le plus grand centre européen d'études et de recherche dans l'ATM de 1960 aux années 2000.

Dans le même temps, l'Espagne prenait le leadership sur la recherche dans l'ATM en Europe en contrôlant le WP-E (innovative and long term research) du projet SESAR. Ainsi, au 1/3/2011, les deux réseaux de recherche créés sont contrôlés par les espagnols.

Le premier réseau, Managing complex system safety (Complex world) a pour coordinateur Innaxis et l'université de Séville en est le leader scientifique. Les autres participants sont le DLR, le NLR, l'iniversité de Palerme et l'université de Westminster.
Il faut savoir qu'Innaxis est un institut espagnol financé par l'AENA (l'équivalent espagnol de la DSNA), l'Association of European Airlines, Boeing, le DLR, Eurocontrol, Honeywell, l'Institute for Transport Studies (Leeds), Isdefe, l'Université de Westminster, l'Université de Madrid et l'Université de Séville .

Quant au second réseau, Towards higher level of automation in ATM (HALA), l'Université de Madrid en est le coordinateur, avec comme principal participant le CRIDA, et comme autres partenaires Deep Blue, EADS innovation, l'Université de Glasgow, l'Imperial College, le NLR, l'ONERA, l'université de Braunschweig et l'université de Dresde.
Il faut là aussi savoir que le CRIDA est une structure mixte regroupant pour partie des membres de l'AENA et pour partie des membres de l'université de Madrid.

Si l'on s'attarde maintenant à regarder la liste des projets:

On constatera là aussi l'omniprésence espagnole (AENA, INDRA, ISDEFE, INNAXIS, CRIDA, Boeing RTE, université de Barcelone, de Madrid, et de Séville), la présence des italiens (Deep Blue, Université de Palerme), des hollandais (NLR, Tu Delft), des anglais (Bristol, Westminster, York), et l'absence quasi-totale de la France, qui, au niveau européeen, est donc passée en 7 ans du premier rang européen en matière de recherche dans l'ATM à celui de mauvais élève.

Les conséquences pourraient en être importantes à long terme, dans la bataille qui oppose les deux grands systèmes européens de contrôle, portés l'un par INDRA (espagnol) (qui équipe déjà l'Espagne, le Royaume Uni et l'Allemagne), et l'autre par Thalès (France).
On comprend aussi mieux le subit intérêt des espagnols pour le domaine de la recherche dans l'ATM. Seul l'avenir permettra de dire si les choix faits par la DSNA dans ce domaine furent judicieux.

It's high time for a walk on the real side
Let's admit the bastards beat us
I move to dissolve the corporation
In a pool of margaritas
So let's switch off all the lights
Light up all the Luckies
Crankin' up the afterglow
Cause we're goin' out of business
Everything must go
Talk about your major pain and suffering
Now our self-esteem is shattered
Show the world a mighty hidey-ho face
As we go sliding down the ladder
It was sweet up at the top
'Til that ill wind started blowing
Now it's cozy down below
'Cause we're goin' out of business
Everything must go

We gave it our best shot
But keep in mind we got a lot
The sky, the moon, good food and the weather
First-run movies-does anybody get lucky twice?
Wouldn't it be nice...

Tell me can you dig it Miss Fugazy
Now it's gone from late to later
Frankly I could use a little face time
In the service elevator
And if Dave from Acquisitions
Wants to get in on the action
With his Handicam in tow
Well we're goin' out of business
Everything must go
Can it be the sorry sun is rising
Guess it's time for us to book it
Talk about the famous road not taken
In the end we never took it
And if somewhere on the way
We got a few good licks in
No one's ever gonna know
'Cause we're goin' out of business
Everything must go



Fagen / Becker
Everything must go
Steely Dan

2011-: une nouvelle aventure dans la recherche "universitaire"

Et d'abord, produire davantage, mais comment? La réponse est la même partout, à Moscou comme à Paris, à Pékin comme New-York, à Cuba comme à Abidjan. En investissant, c'est-à-dire en concevant puis en fabriquant des équipements de production dont l'usage va fortement augmenter la productivité du travail. Il vaut mieux pêcher avec un filet qu'à la main et le tisserand, fatigué de tirer ses fils un un, rêve du métier à tisser.
Cela s'appelle un détour de production : on procède d'abord à une exploration des ressources de la technique pour, dans un second temps, produire davantage. La consommation instantanée commence par diminuer : il faut bien, pour produire le métier à tisser ou le filet de pêche, y affecter une force de travail qui était antérieurement en charge d'une production directe. Le volume des biens immédiatement disponibles à la consommation recule du fait de ce transfert de main d'oeuvre vers d'autres tâches. Disons-le autrement : la collectivité doit réduire sa consommation pour que se maintienne à un niveau convenable celle des heureux esprits qui se consacrent à la recherche d'innovations et non plus aux productions traditionnelles. Les inventeurs doivent être nourris, alors même qu'ils ne rapportent encore rien.
Jean Peyrelevade

J'ai été mis à disposition de l'IRIT à compter du 1/10/2011. Je rejoins ainsi mes collègues de longue date, à la fois de l'UPS, du CNRS et surtout de l'ENSEEIHT. J'ai repris mon travail de recherche au sein de mon équipe depuis 1992 APO (Algorithmes Parallèles et Optimisation), une équipe d'amis fondée par mon mentor et ancien directeur d'HDR, Joseph Noailles (ancien directeur du CERFACS), et qui comprend aujourd'hui le directeur de l'IRIT (Michel Daydé), le directeur du département informatique de l'ENSEEIHT (Joseph Gergaud), le vice-président du conseil d'administration de l'INPT (Patrick Amestoy), et le responsable du laboratoire commun CERFACS-IRIT (Serge Gratton).
Je suis en ce qui me concerne responsable du thème (departement) 5 "Optimisation, Modélisation et calcul hautes performances" de l'IRIT (comprenant en particulier l'équipe APO), membre de la commission d'attribution des bourses de l'école doctorale MITT, membre du comité de pilotage IRIT du labex CIMI et membre du Conseil Scientifique de l'IRIT. Je participe également aux commissions de sélection de MCF de l'INPT. Si vous avez des questions sur un de ces sujets, n'hésitez-pas à me joindre.

En dehors de ces (nombreuses) tâches administratives, j'essaie de trouver un peu de temps pour la recherche, et j'ai d'ailleurs pu à cette occasion apprécier à quel point il est difficile de reprendre ce type d'activité lorsque l'on a été non-publiant pendant quelques années.
Malgré tout, on trouvera dans les travaux récemment faits: l'écriture d'une librairie de programmation par intervalles en assembleur x87 pour intégration en Ocaml (publié à OUD/ICFP), un travail avec Astrium sur l'optimisation de la rotation des satellites à partir de modèles techniques d'échauffement et un papier sur le développement d'algorithmes hybrides (publié à ECAI 2012) mélant optimisation stochastique et optimisation déterministe, et aussi le projet GBDS centré sur la bio-informatique (voir ma page sur la biologie expliquée aux informaticiens).
Tous les nouveaux articles sont disponibles sur la page des publications. On devrait bientôt y rajouter un article sur les optimisations de champs d'éoliennes, puisque nous avons là-dessus battu récemment plusieurs records sur des problèmes tests en utilisant un mélange de méthodes stochastiques et de techniques déterministes.

Depuis le mois de mai 2014, je suis co-directeur avec Christophe Besse du Labex CIMI (Centre International de Mathématiques et d'Informatique de Toulouse), une tâche extrèmement intéressante mais qui s'annonce aussi complexe et prenante...


Retour à ma page principale

Le téléchargement ou la reproduction des documents et photographies présents sur ce site sont autorisés à condition que leur origine soit explicitement mentionnée et que leur utilisation se limite à des fins non commerciales, notamment de recherche, d'éducation et d'enseignement.
Tous droits réservés.

Dernière modification: 12:14, 10/05/2015 xhtml validation