headlogo

De l'enseignement de l'informatique

Ce petit texte a été co-écrit en 1992 avec Thomas Schiex comme préface de notre livre. A le relire vingt ans après, il me semble avoir gardé tout au moins un intérêt historique, si ce n'est une bonne partie de sa pertinence... On peut toujours se demander si le malheur de l'informatique en France ne vient pas du nom qu'on lui a choisi; peut-être que si elle s'était appelé "science du calcul" (le computer science de nos collègues anglo-saxons), elle serait plus vite passée du stade de technique au stade de science dans l'esprit de nos compatriotes...

Intelligence artificielle et informatique théorique - Introduction

L'informatique est certainement le domaine qui, dans les quarante dernières années, a connu la progression la plus spectaculaire. D'une part, le matériel a évolué à une incroyable vitesse: en quatre décennies des machines énormes effectuant une centaine d'opérations par seconde, disposant de capacité de stockage de quelques milliers de caractères, valant (en francs constants) plusieurs dizaines de millions de francs sont devenues des micro-ordinateurs exécutant des dizaines de millions d'opérations par seconde, équipés de mémoire de plusieurs dizaines de millions de caractères et valant moins d'une centaine de milliers de francs.

Parallèlement, l'informatique a atteint le statut d'une science à part entière. On a ainsi vu apparaître, ou se développer dans de nouvelles directions, la théorie de la calculabilité, la théorie de la complexité, les théories de programmation logique et fonctionnelle, les théories des graphes et des jeux, des théories rendant compte du parallélisme, de la programmation objet, ou des mécanismes de distribution de processus, en un mot ce qu'il convient d'appeler aujourd'hui une science informatique. Ce développement foudroyant a eu des retombées directes sur les techniques de programmation et de conception, mais aussi sur la façon d'aborder les problèmes que l'on souhaite "informatiser".

La rapidité de cette évolution a pris de cours aussi bien le grand public, que les professionnels ou les enseignants:

D'autre part, la formation informatique des élèves et futurs élèves des écoles d'ingénieurs est bien souvent incomplète et peu formelle. Pourquoi?

Nous sommes persuadés qu'une meilleure compréhension et une meilleure utilisation de l'informatique dans la société passe avant tout par une vraie formation rigoureuse de tous les individus à tous les niveaux. Nous souhaitons rappeler à ce propos la phrase de Robert Escarpit:

"Les craintes qui se manifestent devant l'extension et la multiplication des fichiers informatiques, et qui traduisent le refus individuel de la standardisation, sont irraisonnées et probablement exagérées. Le danger n'est pas dans l'informatique elle-même, qui est un excellent instrument pour saisir l'information, la traiter et même la produire par rapport au temps.[...] Ce que l'individu doit craindre, ce n'est certes pas de devenir transparent du fait de l'emploi de l'informatique, c'est d'être traité comme s'il était transparent, comme s'il était entièrement définissable et quantifiable par un nombre fini de paramètres.

Un individu instruit de la réalité des choses sera mieux à même de maîtriser ce nouveau domaine, et moins enclin à se laisser entraîner vers les images d'Epinal de l'informatique véhiculées par les médias.


Retour à ma page principale

Le téléchargement ou la reproduction des documents et photographies présents sur ce site sont autorisés à condition que leur origine soit explicitement mentionnée et que leur utilisation se limite à des fins non commerciales, notamment de recherche, d'éducation et d'enseignement.
Tous droits réservés.

Dernière modification: 00:48, 24/06/2012 xhtml validation